Le 6 avril 1944, des camions de la Wehrmacht, des hommes de la Gestapo et des miliciens entrent brutalement dans la colonie des enfants d’Izieu, raflent 44 enfants, leurs moniteurs et le directeur de la colonie Miron Zlatin. A l’exception de Léa Fledblum, aucun d’entre eux ne revient du centre de mise à mort d’Auschwitz. Partis en plusieurs convois de Drancy, dont le plus important est celui du 13 avril 1944, les enfants sont tous gazés à leur arrivée. Miron Zlatin, Arnold Hirsch et Théo Reiss, eux, sont déportés dans la région de Tallinn avant d’être exécutés par les nazis.

izieu1

Plaque apposée sur le mur de la maison en 1946 en mémoire des enfants et des moniteurs exterminés à Auschwitz (Photo APHG – 5 novembre 2016).

Cette maison d’enfants est devenue un mémorial national depuis 1994. Elle accueille chaque jour des classes de la région Auvergne‑Rhône-Alpes, du reste du territoire français, voire de l’étranger.

izieu2

Plaques apposées sur le mur de la maison (Photo APHG – 5 novembre 2016) :

  • en l’honneur de Sabine et Miron Zlatin (plaque de gauche)
  • lors de l’inauguration du mémorial d’Izieu en 1994 (plaque de droite)

izieu4

Vue depuis la terrasse de la maison (Photo APHG – 5 novembre 2016)

Izieu3.png

Vue de la maison et de l’entrée du mémorial (Photo APHG – 5 novembre 2016)

Le 5 novembre, quelques membres de l’APHG de Lyon ont pu profiter d’une visite guidée des lieux dont la muséographie a été entièrement repensée avec la construction d’un nouvel espace dans le prolongement de l’ancienne grange. Lieu d’histoire et de mémoire, le mémorial de la maison des enfants d’Izieu met les visiteurs en présence de sources primaires sur les enfants d’Izieu dans la maison elle-même : lettres et dessins d’enfants, témoignages d’enfants passés par la colonie – 105 au total sur la période de fonctionnement de la colonie du 10 avril 1943 au 6 avril 1944 –, photos, bâtiments où les enfants ont vécu, …. Elle permet aussi de se familiariser avec la période grâce à une exposition d’une très grande richesse qui retrace non seulement le parcours des enfants, mais aussi le rapport à l’étranger avant et pendant la seconde guerre mondiale. En tant que lieu de mémoire, le mémorial d’Izieu a aussi pensé une partie de l’exposition autour de la mémoire à travers les procès, les lois mémorielles et la construction de la mémoire de la maison des enfants d’Izieu. Quel que soit le niveau des élèves, le site est d’un apport important sur la question des mémoires et de l’histoire locale de la seconde Guerre Mondiale dans le contexte plus vaste de l’histoire européenne. Le service pédagogique propose aussi un large choix d’ateliers dirigés ou d’ateliers de recherche. Les membres du service pédagogique construisent l’ensemble de la visite avec les professeurs et peuvent aussi moduler en fonction des demandes. L’atelier qui nous a été présenté lors de notre visite, histoire et mémoire de la seconde guerre mondiale (niveau terminale) était d’une grande qualité et permettait de mettre les élèves en lien avec les sources. L’ensemble des activités pédagogiques est disponible sur le site à l’adresse ci-dessous.

http://www.memorializieu.eu/activites-pedagogiques/

izieu5

L’APHG vous encourage à aller à Izieu avec vos élèves car ce lieu, porteur de mémoire, permet de construire aussi l’histoire en confrontant les élèves à la réalité de la seconde Guerre Mondiale dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Audrey Ferlut et Martin Charlet (Responsables APHG – Pôle Ain)