Jean-Pierre HOUSSEL, Professeur honoraire à l’Université Lyon II, nous a quittés récemment. Nous tenons à rendre hommage à sa fidélité et à sa disponibilité pour notre Régionale.

Membre de l’A.P.H.G. depuis fort longtemps, Jean-Pierre HOUSSEL a été présent chaque année à l’assemblée générale de la Régionale jusqu’à récemment, tant que son état de santé le lui a permis. Il y prenait la parole, généralement pour proposer une activité, s’enquérir auprès des collègues des effets de telle et telle nouveauté dans l’enseignement secondaire. Il le faisait toujours avec délicatesse.

Fait rare, Jean-Pierre HOUSSEL était spécialiste de l’industrie en milieu rural et du tissu de petites et moyennes entreprises qui assurent la vie dans les territoires ; il s’intéressait aux hommes avant tout, à leur inventivité, à leur capacité d’adaptation au milieu et aux circonstances. Nous lui devons quelques-unes de nos sorties les plus originales. En géographe, il partait du principe qu’aller sur le terrain était essentiel et que, dans le secondaire où il avait enseigné un temps, les études de cas étaient très souhaitables. Retenons quelques journées qu’il organisa et pilota pour nous (il y en eut d’autres). En 1996 ce fut la découverte du Haut-Beaujolais textile, le site patrimonial J.B. Martin emblématique du XIX° et début du XX° s. et la reconversion de ses moulinages en logements, la fabrique de couvertures Poizat à Cours-la-Ville, le groupe Deveaux en son siège de Saint-Vincent-de- Reins. Il nous entraîna en 2002 dans les Monts du Lyonnais sur le thème d’un développement rural réussi. En 2007, une journée fut consacrée à Roanne, son Ecomusée du textile dont il était un des fondateurs, l’entreprise Devernois, le musée Déchelette grâce nos collègues du groupe roannais, les perspectives de développement lors d’une rencontre à la chambre de commerce qu’il nous avait ménagée. De son passage dans l’enseignement secondaire, Jean-Pierre HOUSSEL avait gardé le goût de la géographie et de l’histoire de sorte que chaque sortie comprenait toujours ces deux volets ; ce qui fut particulièrement marquant en 2003 autour du Chambon-sur-Lignon dans un circuit consacré d’une part à la Résistance sous toutes ses formes, d’autre part au développement d’une commune rurale Mazet-Saint-Voy ainsi qu’au secteur du Mont Mézenc. Nous avons beaucoup de reconnaissance à Jean-Pierre HOUSSEL pour le temps qu’il a consacré à l’A.P.H.G. et pour son désir de proposer des études faciles d’accès en vue d’un réinvestissement dans le secondaire.

Jean-Pierre HOUSSEL avait d’autres activités associatives. Il intervenait ainsi régulièrement lors des journées de l’Union des sociétés historiques du Rhône sur ses thématiques de prédilection, par exemple à Tarare sur le patrimoine industriel ou à Cours-la-Ville sur la permanence de l’esprit d’innovation ; on peut d’ailleurs retrouver ses communications dans les actes publiés annuellement par cette association. Il a œuvré également au profit de la mémoire des enfants cachés du Chambon-sur-Lignon. Il a servi l’association La Fontanière qui met en valeur le patrimoine de Sainte-Foy-les-Lyon et de La Mulatière.

Derrière le professeur, il y avait l’Homme, modeste, bienveillant, serviable. Aussi les plus anciens d’entre nous avaient-ils un grand plaisir à le rencontrer à la Croix-Rousse où il était installé depuis quelques années. Il rêvait d’un Ecomusée de l’agglomération lyonnaise et, dans cette perspective, mettait à l’abri depuis longtemps nombre de machines. Ce rêve ne s’est pas réalisé mais on voudrait espérer, à sa mémoire, que l’exemple roannais soit un jour ou l’autre repris dans la métropole.

Merci, Monsieur HOUSSEL.

Marie-Claude DUMONT, Jean-François MARTIN, Claire PAGNON-PILA, anciens membres du Bureau.